mardi 28 novembre 2017

Chronique ~ Bonjour, c'est l'infirmière de Charline

36271929Auteur : Charline
Editeur :
 Flammarion
Parution :
 20 septembre 2017
Pages :
 247

Témoignage


Retrouvez ce livre sur :





SYNOPSIS :
"Si je te revois, je te tue." Pour avoir protégé Axel de ses frères d'armes, Cléo est condamnée à l'exil.
Recueillie et soignée par les Chimères, la jeune fille découvre, malgré le soutien de Lyn sa jumelle, un monde dont elle se sent exclue. Par certains hybrides, qui voient en elle une menace. Par celui dont elle a sauvé la vie. Et puis, il y a les cauchemars, toujours plus violents, plus réels. Qui sont les véritables meurtriers de ses parents? Déterminée à découvrir la vérité, Cléo, accompagnée d'Axel qu'elle aime sans espoir de retour, se risque sur une dernière piste.
Une piste d'encre et de flammes...

MON AVIS :
Je remercie les éditions Flammarion ainsi que babelio pour cette belle découverte !

En effet, quand j'ai vu que "Bonjour, c'est l'infirmière" était dans une masse critique privilégiée, je n'ai pas hésité et j'ai tout de suite participé. Pourquoi ? Le thème me touche particulièrement, puisque je poursuis des études pour exercer le métier d'infirmière.

Dans ce livre, l'auteur nous raconte une semaine dans sa vie d'infirmière libérale de campagne. Dès les premières pages, j'ai tout de suite était prise par son récit. J'ai commencé à mettre pas mal de post-it sur les pages de mon livre, car beaucoup de phrases écrite par l'auteur étaient pour moi à retenir.

J'ai été personnellement très touché par cette infirmière qui a pas mal de doute face à sa profession. C'est un récit très réaliste de la profession à l'heure actuel. Peu de reconnaissance alors que tout le monde à besoin un jour dans sa vie d'une infirmière. J'ai relevé une phrase qui à mon sens définit bien le propos : "Le parodoxe, c'est de se faire aimer d'un chien dont le maître vous déteste, se faire traiter de nantie alors que certains patients refusent de payer leur soins, c'est me faire pourrir parce que je suis en avance alors que la veille on me reprocher mon retard, c'est me faire saluer dans la rue par quelq'un que je ne reconnais pas et me prendre un vent magistral d'une patiente que j'ai vue le matin même."

Pour réussir à gagner sa vie, Charline travail tous les jours, les tarifications des soins ne sont vraiment pas réalistes et je comprends que la motivation baisse à un moment donner. Sur plusieurs actes de soins réalisés seul 1,5 soins seront rémunérés. Par exemple, si on effectue un acte de toilette, une prise de sang et une réfection de pansement, l'infirmière ne sera payé que pour la toilette. (un peu comme des soldes, si on fait un soins le deuxième est offert, c'est un pu aberrant pour moi) Le remboursements de la sécurité sociale ne se fait pas toujours tout de suite, parfois elle est payé 3 mois après. De temps à autre, elle doit emprunter de l'argent à son conjoint parce qu'elle n'arrive pas à joindre les deux bouts. Notamment lors de sa grossesse, ne pouvant plus payé sa remplaçante puisque son salaire n'était pas encore versé...

Elle côtoie des cas difficiles dans son métier, qui mettent le moral à mal. Côtoyer la maladie tous les jours n'est pas facile, mais malgré ça on retrouve des touches d'humour dans son livre et j'ai adoré ça ! Les titres des chapitres m'ont notamment beaucoup fait sourire :
"Samedi matin, à  l'heure où on comprends qu'on aurait dû petit-déjeuner au lieu de se maquiller"

Je conseille évidement ce livre à toutes les personnes qui sont intéresser d'en savoir plus sur la vie des infirmières. On ne s’ennuie pas une seconde et pour ceux et celles qui n'aiment pas trop les témoignages, je dois dire qu'il est très accessible.  
  
Je terminerais ma chronique sur cette belle phrase tiré de ce livre que je conseille à tous : "On ne peut pas soigner avec son cœur si on en a plein le cul !"

MA NOTE:

4/5

Aucun commentaire :

Publier un commentaire